MAIRIE DE VIX - VENDÉE
ACTUALITES
Calendrier
Météo

Météo à Vix

18 °C / Ensoleillé
Vent: NO de 11 km/h
Humidité: 73%
Auj
11/23 °C
Mer
14/26 °C
Jeu
15/27 °C
Ven
16/29 °C
LE PATRIMOINE

Le maire Jean Lièvre devant la mairie vers 1910
 
Les débuts de l’administration municipale à Vix restent flous. On sait qu’il y eut un syndic entre 1789 et 1793, Joseph Simonneau, puis un officier public, le curé constitutionnel Henry Létard. Une assemblée « des habitants ayant droit de voter » (car les plus aisés) élisait le bureau et les agents municipaux. Pendant la Terreur, en 1793-1794, un comité local de surveillance faisait régner l’ordre révolutionnaire. Nommés sous Napoléon, puis élus au scrutin censitaire, c’est-à-dire par les plus aisés, les conseillers municipaux ne sont véritablement élus au suffrage universel qu’à partir de 1882.
 
 Liste des maires depuis la Révolution :
 
Joseph Simonneau, syndic, 1789-1793
Henry Létard, curé et officier public, 1793-1794
Antoine Blanchard, 1794-1801
Pierre Guérin, 1801-1802
André Piet-Roquépine, 1802-1808
André Chatelain, 1808-1811
Jean Simonnet, 1811-1815 et 1816-1818
Pierre Fleury, 1815-1816
Jean Brouard, 1818-1826
André Prouzeau, 1826-1847
André Carré, 1847-1848
Théodore Guérin, 1848, 1852-1870 et 1872-1877
Marc Duverdier, 1848-1852
Henri Bontemps, 1870-1872 et 1877-1884
Jean Lièvre, 1884-1917
Jean Simonneau, 1917-1919
André Puiroux, 1919-1930
Pierre Sacré, 1930-1935
Narcisse Légeron, 1935-1945
Auguste Moinard, 1945-1946
Louis Renoux, 1946-1947
Rémi Boutinard, 1947-1965
Roger Martineau, 1965-1976
Daniel Simonneau, 1976-1983
Charles Marsy, 1983-1995
Bertrand Riot, 1995-2014
Michèle Jourdain, 2014-
  
Il est difficile de savoir où siégeait le conseil municipal à ses débuts. L’assemblée révolutionnaire se réunissait dans l’église, fermée au culte de 1794 à 1801. En 1822, parmi les dépenses, figure un loyer à payer pour « la maison commune ». Celle-ci est située précisément par le cadastre de 1837 : elle se trouve alors dans une bâtisse aujourd’hui démolie mais dont on devine encore l’emplacement, au 9 rue Georges-Clemenceau. Petite, humide, d’un loyer élevé, cette maison ne donne pas entière satisfaction. En 1849, le conseil décide d’en acheter une autre située sur la place de l’église. Cette maison aussi a aujourd’hui disparu : elle se trouvait à l’emplacement actuel de l’arrêt de bus.
 
Mais très vite, querelles et exiguïté des lieux poussent la mairie à déménager. En 1858, elle rejoint, avec la classe de garçons, une autre maison qui se trouvait cette fois entre l’église et le marché couvert. Vers 1878 pourtant, elle revient au précédent local (actuel arrêt de bus). Agrandissement, réaménagements intérieurs : le bâtiment devient enfin une mairie digne de ce nom.
 
Pourtant, à peine quinze ans plus tard, Armand Prouzeau, notable de Vix, lègue par testament à la commune sa maison pour en faire la mairie, l’actuelle mairie. Le legs est accepté par la municipalité car il donne l’occasion de se doter d’une mairie plus grande, de détruire l’ancienne et de dégager ainsi l’entrée de la place de l’église où se déroule le marché. La maison d’Armand Prouzeau a été construite entre 1820 et 1828 par Nicolas-Auguste Prouzeau, le père du donateur. Ce cabanier avait réussi à s’enrichir et à se construire cette demeure dans le bourg.
 
Armand Prouzeau meurt le 9 mai 1893. Conformément à son testament, la municipalité entre en possession de la nouvelle mairie un an plus tard, le 10 mai 1894, comme le rappelle encore une plaque au-dessus de la porte. Les locaux sont aussitôt aménagés pour recevoir l’administration municipale. Dans l’une des deux anciennes ailes de communs, qui encadrent la cour, on peut encore voir un ancien potager en pierre, témoin de l’époque Prouzeau.